Les paysages naturels sublimes de Khalaf, en noir et blanc, offrent beauté et incertitude. À l’aide de divers processus de dégradation (brûlure, destruction, consommation), l’artiste réinvente le monde naturel, entraînant le spectateur au-delà du nihilisme de la destruction, dans les possibilités génératives offertes par les vides et les absences.

Troublantes et trop pertinentes, les photographies incluent la destruction de la nature dans leur processus; dans beaucoup d’œuvres, la source de cette violence est le feu. Chaque photographie contient des zones brûlées où Khalaf définit une partie de la composition. Laissant une partie de la photo brûler, elle l’éteint et photographie le reste, créant de nouvelles images.

Beauté surprenante

Tout en suggérant la destruction, le processus de Khalaf ne tourne pas au néant, mais laisse une absence comme un vestige de son action. En fin de compte, elle démontre qu’il est encore possible de découvrir une beauté inattendue dans la destruction et, ce faisant, ouvre le sens du sublime au spectateur.

Lorsqu’elle se heurte à l’immensité écrasante de son environnement ou aux vastes étendues de paysages romantiques, Khalaf mêle mysticisme, futilité et endurance. Plutôt que d’attaquer les images, Khalaf intervient dans le paysage même; les résultats suggèrent la différence entre les images et le monde.

Travail de chaque œuvre

Si la nature prenait une photo d’elle-même, à quoi ressemblerait-elle? La nature fixerait son propre temps d’exposition, avec beaucoup de lux pendant la journée au soleil, et claire et sombre la nuit avec une pleine lune. L’exposition Marrakech devrait être longue, car la nature, au sens d’un groupe de créatures vivantes dans un paysage rocheux et accidenté, existe sur une échelle de temps organique de minutes, semaines, années.

Une vitesse d’obturation d’un centième de seconde offre simplement la perspective d’un pigeon voyageur, qui permet de distinguer 125 images par seconde. Mais un arbre dans toute sa splendeur dans son environnement naturel nécessite une exposition d’une demi-heure à la lumière d’un croissant de lune, ou d’une demi-minute lorsque le soleil est bas dans le ciel.

Amitié dans l’art

La distance entre le sujet et l’appareil photo est une question de mètres, ou de dizaines de mètres si vous voulez capturer le bonheur d’une frange de bois au sommet d’une colline au crépuscule, ou de plusieurs centaines de mètres pour une montagne retournant son rhinocéros froissé. Un geste d’amitié.

Quelle serait la joie que la nature nous a révélée- en particulier ce petit rassemblement d’arbres délicats, en forme de brindilles et dansants, à la lumière blanche – si elle n’était pas photographiée et transformée en une image que nous, spectateurs, êtres humains, reconnaissons comme une preuve de la vie la réalité? , extrait d’un essai réalisé pour la monographie de van der Molen, Blanco.