La galerie Bloch vous présente de grands artistes

0
442

Arthur Dorval est un peintre français de premier plan. Sa prise sur les images géométriques est ce qui l’a rendu célèbre dans le monde entier, et il est l’un des jeunes artistes les plus prometteurs en France.

Né en 1987 à Lille, en France, Dorval a montré un intérêt précoce pour le dessin, ayant accompagné son père galeriste lors de visites dans des musées, des galeries et des ateliers d’artistes. Il a commencé sa formation académique à Saint-Luc Toumai, où il s’est spécialisé en illustration, et a ensuite étudié le design à La Cambre à Bruxelles.

Abstraction dans l’art

Dorval fait partie du pur mouvement de l’abstraction géométrique à la galerie art Marrakech David Bloch, aux côtés d’artistes comme Alberto Magnelli, Auguste Herbin et Victor Vasarely. Le mouvement a commencé au début du 20e siècle, mais a évolué depuis, ce qui est évident dans le travail de Dorval.

Le jeu des formes et des couleurs donne à ses pièces mouvement et dynamisme, les faisant apparaître plus comme des prouesses architecturales que comme des peintures. C’est aussi son travail de signature sur la couleur, qui donne une impression de couleur ou de transparence caractéristique de son travail.

Il a acquis une renommée avec sa première série d’œuvres – Geometric Hatching en 2010. Il a ensuite été suivi par sa deuxième série, Composition No.2. Les œuvres de Dorval ont été exposées dans des galeries à travers la France. Il est représenté par la galerie David Bloch de Marrakech, au Maroc.

Art Américain

Augustine Kofie, alias KofieOne, est un artiste américain inspiré par les éléments de base du monde géométrique. Il a formé une esthétique rétro-futuriste qui transpose ces formes et ces angles en une forme d’abstraction à la fois émouvante, organique et hautement mathématique. KofieOne est apparu sur la Scène Graffiti dans les années 90.

Né et élevé à Los Angeles, l’instinct de Kofie à dessiner a été cultivé à travers la créativité de sa mère. Alors qu’elle étudiait les beaux-arts à l’UCLA, Kofie utilisait les fournitures qui se trouvaient autour de sa maison pour commencer à expérimenter par lui-même, il commençait à exceller dans le dessin au moment où il avait atteint le collège.

Bien que son éducation artistique ne soit jamais allée au-delà du lycée, la véritable formation de Kofie a été acquise grâce au temps qu’il a passé à peindre des graffitis, il est devenu célèbre dans la scène graffiti de Los Angeles au milieu des années 1990.

Peintures et graffiti

Beaucoup de ses peintures murales et de ses productions sont toujours visibles. Le graffiti a non seulement donné à Kofie sa base technique, mais il a aussi fourni le fondement de son amour pour la construction et la forme: en dessinant des pièces de style sauvage, Kofie commença à comprendre la base architecturale de l’écriture, une compréhension qui le poussait à se concentrer sur les aspects linéaires plutôt que sur l’alphabet de son travail.

Ayant également senti qu’il avait fait une contribution honnête à la scène graffiti de Los Angeles, la volonté d’évolution de Kofie signifiait qu’il commençait bientôt à « déformer et manipuler » son travail, essayant de « contribuer de nouveau et redistribuer quelque chose de nouveau ».

Kofie joue avec la forme et la ligne, avec équilibre et profondeur, tordant et manipulant ses peintures murales, ses illustrations, ses compositions, dans des arrangements toujours nouveaux et dramatiques.