Ici au Maroc, cela se traduit par deux événements très importants: le service de prière du vendredi et le couscous. Comme dans la tradition des familles chrétiennes occidentales du dimanche, les familles de tout le Maroc se réunissent le vendredi pour se réunir dans la prière à la mosquée de leur quartier et rentrer chez elles pour savourer un copieux repas de couscous.

Aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux, le «couscous» fait généralement référence aux céréales «instantanées» préemballées, mais au Maroc, le couscous est une institution en soi. Les grains de semoule sont cuits à la vapeur et peluchés plusieurs fois sur un ragoût à base de bouillon, chaque fois manipulés avec soin et recevant un traitement différent, tels que de l’eau supplémentaire, du sel, de l’huile et / ou du « smen » (beurre clarifié et vieilli). Le résultat final est des grains individuels tendres qui servent de base délicate pour un ragoût délicieux.

Et le prix du repas préféré des Marocains va à…. Couscous! Si le thé à la menthe est considéré comme la boisson nationale du Maroc, le couscous rivalise avec les tagines du titre de plat national du Maroc et fait partie du cycle de la vie dans les familles marocaines. Bien que le couscous puisse être commandé dans les restaurants marocains, les meilleures versions sont considérées comme préparées à la maison.

Traditions du passé

Outre la tradition du vendredi de manger du couscous, ce repas spécial servi au restaurant médina Marrakech le kasbah café est généralement préparé après la naissance d’un enfant, pour son «sbouaa» (cérémonie de baptême) et pour la circoncision d’un jeune garçon. Il est souvent donné comme “sadaqa” (charité) aux pauvres et / ou aux travailleurs de la construction lors de la construction ou de l’achat d’une nouvelle maison, ou lors de l’achat d’un nouveau véhicule. Le couscous est également préparé par les familles en deuil à offrir aux visiteurs et aux personnes en deuil qui souhaitent présenter leurs respects aux personnes récemment disparues.

Brève histoire du couscous

Il existe un débat sur l’origine du couscous, bien que ce soit généralement attribué aux Berbères, terme général désignant le peuple autochtone d’Afrique du Nord. Les Berbères étaient plus communément des tribus nomades, donc le couscous, un grain sec qui ne gâcherait pas facilement et qui pourrait être préparé avec un équipement minimal et des ingrédients de saison, était le choix logique pour un repas nourrissant et nourrissant.

Le couscous, sous ses diverses formes, s’est ensuite étendu dans la région lors de la conquête arabe et est devenu encore plus populaire dans le monde entier lorsque d’anciennes puissances coloniales, telles que la France, l’Espagne et le Portugal, ont ramené ce plat dans leurs pays respectifs. Les recettes de ce plat distingué figurent dans les livres de cuisine dès le XIIIe siècle.

Il y a un débat égal sur la signification derrière le nom lui-même. Certains disent que cela vient du son émis par le couscoussier (terme français désignant le combo cuiseur vapeur et casserole de base utilisé pour préparer le couscous).

D’autres disent que cela vient d’un terme arabe pour décrire le ratissage des grains entre les étuvées – d’autres affirment même que le nom est dérivé d’un verbe en arabe qui signifie «réduire le poids» en faisant référence à la taille des grains.

Couscous / seksu / kseksou – comme l’appellent les Marocains – c’est délicieux

Bien que la saveur du ragoût de couscous puisse varier dans la région du Maghreb, l’Algérie privilégie un bouillon à base de tomate et les Tunisiens servent leur couscous épicé! – Tous sont servis sur de la semoule à la vapeur et dodue.

Au Maroc, les versions les plus populaires du couscous comprennent le poulet, le bœuf ou l’agneau et sont garnies de plusieurs types de légumes ou de «tfaya», un mélange sucré et salé d’oignons caramélisés, de raisins secs et de pois chiches. Le couscous marocain n’est pas typiquement épicé, bien que certaines familles puissent choisir d’ajouter un petit piment ou deux au piment alors qu’il mijote. Au lieu de cela, la saveur conférée au couscous de légumes marocain provient d’épices fraîchement moulues, telles que le gingembre, une pointe de curcuma, le poivre noir et le smen. Pour le couscous tfaya, la cannelle et le miel figurent parmi les arômes essentiels.

Certains cuisiniers marocains choisiront de la semoule à grain fin; d’autres préfèrent les grains de taille moyenne. La semoule de blé entier est servie par des épouses marocaines plus soucieuses de leur santé, tandis que d’autres prépareront leur couscous hebdomadaire à base d’orge.

Quel que soit le type de couscous, dans les foyers marocains, il est toujours servi dans un plat peu profond en argile émaillée appelé «gsaa», à côté de verres de «lben» fraîchement moulu. Une variante estivale du couscous traditionnel marocain est le «saycouk», dans lequel la semoule cuite à la vapeur est refroidie, puis garnie de babeurre froid et sucrée au sucre.