Le secret de la poterie verte au Maroc

0
727

La longue route poussiéreuse qui mène à Tamegroute vous ramène dans le temps. Les ateliers de poterie familiale dans l’oasis, non loin du désert du Sahara, sont parmi les plus anciens du pays. Datant du milieu des années 1600, ils restent pratiquement inchangés.

Les artisans travaillent encore avec des roues de poterie manuelles dans un bâtiment fabriqué à partir de la même argile utilisée pour faire des pots et des carreaux. Les pièces finies sont cuites dans des poêles à bois à plusieurs compartiments.

Ces ateliers de poterie ne sont pas seulement vieux, ils abritent aussi l’un des plus grands secrets du Maroc. Il y a une nuance de vert traditionnellement utilisée dans la poterie de cette région. C’est un vert que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

Traditions familiales

L’artiste est assis à la porte de la boutique de sa famille créant des dessins complexes sur une plaque avec de la peinture et une seringue. Sa famille a immigré du Mali il y a cinq générations, apportant son métier avec eux. Ils fabriquaient des bols en bois, mais quand ils arrivaient au Maroc, ils pensaient à faire de la poterie à la place.

Sa famille, avec d’autres qui se sont installés à Tamegroute, a décidé de développer une glaçure verte puisque c’est la couleur de l’Islam. Aujourd’hui, outre la poterie traditionnelle verte, durant votre excursion désert Maroc, vous aurez également l’occasion de découvrir des pièces de poterie aux motifs multicolores.

Ils utilisent la même technique d’aiguille que les femmes locales utilisent pour dessiner des tatouages ​​au henné car ils ont remarqué que les visiteurs de la boutique ont des préférences de couleurs différentes et que le vert n’est pas au goût de tout le monde.

Le secret de la poterie verte de Tamegroute

Les artisans trouvent toutes leurs matières premières dans la nature. L’argile est recueillie dans les palmeraies voisines en creusant des trous profonds dans le sol jusqu’à dix mètres de profondeur. C’est une pratique dangereuse qui a coûté la vie à quelques travailleurs au fil des ans. (Heureusement, il n’y a eu qu’un accident récemment et c’était relativement mineur).

Les branches de palmier sont principalement utilisées comme combustible pour le poêle, bien que des tamaris et des copeaux d’eucalyptus provenant des charpentiers locaux soient parfois ajoutés.

La glaçure verte signature contient une forte proportion de manganèse, de silice, de cobalt, un soupçon de cuivre, de farine d’orge et un type particulier de roche que l’on trouve dans les mines locales à quelques centaines de kilomètres. La concoction est mélangée avec de l’eau dans un bassin énorme et laissée à épaissir pendant environ une semaine.

Mais c’est le processus de cuisson qui est considéré comme la clé de la couleur verte à multiples nuances qui doit encore être reproduite ailleurs. La couleur ne s’estompe jamais même exposée à la chaleur ou à l’humidité, elle ne change pas.

En dehors de la poterie, les artisans fabriquent également des carreaux qui sont très demandés. Des maisons aux mosquées, les tuiles sont une vue commune dans de nombreux bâtiments de la région. Les dalles d’argile sont saupoudrées de sable avant d’être aplaties dans un moule en utilisant une technique précise. Le processus est presque méditatif. Ils passent souvent des heures à produire des rectangles d’argile tandis que le rythme de la musique pop arabe donne le ton.

Les artisans de la poterie verte d’aujourd’hui

Leurs manières ancestrales sont sur le point de changer, cependant. Après une visite du roi il y a environ cinq ans, le gouvernement a décidé de construire un espace de travail moderne pour eux sur la route.

Les quartiers spacieux, maintenant terminés, sont équipés de roues électriques en poterie ainsi que de fours fonctionnant à l’énergie solaire et au gaz, ce qui éliminera la fumée qui s’échappe de leurs poêles actuels.

Beaucoup d’artisans ont hâte d’avoir plus d’espace pour travailler. Les familles ont grandi et sont souvent à l’étroit. Mais la plus grande préoccupation est de savoir si les poêles modernes seront en mesure de reproduire la même couleur verte irrégulière pour laquelle ils sont célèbres.

Il y a quelques années, on leur a donné un réchaud à gaz, mais ils ont constaté que la glaçure devenait une couleur verte uniforme. Ainsi, ils ont continué à tirer leurs pièces de manière traditionnelle.

Donner une chance au nouvel espace est cependant essentielle, mais ils ne laisseront personne toucher l’espace de travail historique. Niché dans les kasbahs environnantes, il est prévu de le restaurer afin que les visiteurs puissent toujours visiter le lieu de naissance de la poterie.