Les reliques impériales de Moulay Ismail à Meknès

0
498

Au-dessus de Bab Mansour, l’imposante entrée de mosaïques en zellige et de colonnes de marbre à la cité impériale de Moulay Ismail, une inscription ornementale se targue du triomphe du sultan en complétant cet hommage auto-glorieux à sa vision de créer une ville digne de son règne.

La place el Hedim, la grande place devant Bab Mansour, était à l’origine le parvis des palais de Moulay Ismail. L’histoire raconte que le sultan a démoli les maisons dans le coin ouest pour faire place à une grande entrée dans son palais, mais il a également servi de stockage pour les matériaux de construction qu’il a pillés au Maroc, notamment des ruines romaines de Volubilis, qui explique la traduction littérale de la place comme «carré de démolition et de renouvellement».

Il servait également d’arène publique pour les exécutions régulières de ceux qui lui déplaisaient, notamment les esclaves ou du moins ceux qui l’avaient mal regardé et n’étaient pas envoyés immédiatement.

Meknassa al-Zitoun

Autrefois connue sous le nom de «Meknassa al-Zitoun» (Meknès des oliviers) parce qu’elle était construite sur une vaste plaine d’oliviers, la ville avait des ruines royales à découvrir lors de votre voyage Maroc à Meknès, qui sont installées six siècles plus tôt par la tribu berbère Meknassis. Meknès de Moulay Ismail a grandi, construite sur le dos des captifs pris de ses incursions militaires en Mauritanie et en Algérie.

Elle a été complétée par des chrétiens pris par la piraterie Sallee Rovers qui ont navigué leurs sorties dans les eaux européennes aussi loin que l’Islande, et financé en partie ses plans extravagants en rançonnant les esclaves européens pour des sommes énormes. Il a évité la rébellion avec une armée de 16 000 esclaves ouest-africains appelés les Black Guard, un corps d’élite dont le nombre a décuplé pendant son règne grâce à la fourniture par le sultan d’une vie décente (au moins dans les normes de l’époque) et femmes.

Issu d’une culture de batailles féroces et de longs sièges pour décider de la souveraineté, ce sultan astucieux prit des précautions pour s’assurer qu’il mettrait fin à son règne dans la vieillesse. Le Bassin de l’Agdal de quatre hectares, aujourd’hui favori des citadins pour prendre l’air lors des soirées torrides, a été construit pour irriguer les Jardins Royaux et comme lieu de promenade pour cinq cents dames, dit-on aussi comme réservoir pour les temps de siège.

Le deuxième élément le plus important de la survie, la nourriture, a été pris en charge par les Heri es Souani, un système gigantesque de chambres fraîches et hautes voûtées pour stocker le grain, ainsi que du foin pour nourrir les 12 000 chevaux de Moulay Ismail. Un réseau complexe de puits alimentés par les canaux de l’Agda a arrosé les chevaux. Une grande partie du grenier est en ruine, mais suffisamment a été restauré pour tenter Martin Scorsese de l’utiliser comme toile de fond pour La Dernière Tentation du Christ.

Le mausolée de Moulay Ismail

A l’époque de sa mort en 1727, Moulay Ismail avait achevé un mur de la ville de quarante-cinq kilomètres de long avec vingt portes entourant plus de 50 palais. Mais malgré son obsession de créer le «Versailles du Maroc», il n’a jamais réussi à faire de Meknès la grande ville impériale de ses aspirations. Son décès marque le début de la fin de Meknès en tant que première ville du pays et, en moins de 30 ans, son petit-fils, Mohammed III, a transféré la capitale du royaume à Marrakech.

De l’extérieur, la tombe contenant les restes du sultan est abordée à travers une série de cours paisibles peintes en jaune canari chaud. Seuls les musulmans peuvent entrer dans la tombe elle-même, mais son antichambre est un délice de colonnes de marbre et d’arches majestueuses, les murs décorés de plâtre finement sculpté et brillant avec des carreaux de zelliges exquis et des boiseries peintes en émail.

En signe de respect, vous devez retirer vos chaussures avant d’entrer, mais la sensation de vos pieds sur les tapis d’herbe qui recouvrent le sol fait partie de la sensation de paix qui habite le bâtiment. La stricte observance du rituel islamique orthodoxe pèse lourdement en sa faveur et de nombreux Marocains considèrent le Mausolée comme un lieu de pèlerinage pour assurer la santé, le bien-être et la chance.

Meknès est l’une des quatre villes impériales du Maroc, et même si Rabat a prospéré en tant que capitale de la nation, Fès et Marrakech attirant la majorité des visiteurs à la recherche de couleurs et d’exotisme, Meknès mérite bien plus qu’une simple mise en scène. Ses mosquées, ses medersas et ses musées rivalisent avec ses villes sœurs les plus populaires. Une chaise de café disponible pour regarder les allées sur la place el Hedim ou l’espace pour se promener le souk sans embouteillage.