Un artiste aux multiples atouts

0
322

Kristian Kragelund est un peintre et vidéaste danois dont l’art explore les notions de temps et de changement créées par les réactions de différents matériaux et objets. Né en 1987, Kragelund a étudié les beaux-arts au College of Art and Design de Central Saint Martins, où il a été diplômé en 2014. De plus, l’artiste a également fréquenté la New York Film Academy, the European Film College et le Pratt Institute. En tant qu’artiste en résidence, il s’est inscrit au programme ALTO RED Studios à Sao Paulo, au Brésil.

Vidéo-Art de Kristian Kragelund

Dans les premiers jours de ses expressions artistiques, Kristian était plus concentré sur la création d’art vidéo. Kragelund décrit ses vidéos comme un mélange de bruit numérique et analogique et de figures, de formes et de mouvements déformés mais reconnaissables.

Surpris par la capacité d’un corps à exprimer et à transmettre des émotions et des informations, l’artiste à la galerie art Marrakech David Bloch tente d’explorer des champs de pensée et de méthode, et modifie finalement la perception synthétisée qui se construit dans les gens à travers la société et les médias.

En construisant son propre langage visuel, Kragelund dépasse la barrière de communication et poursuit sa quête d’authenticité et de vérité. Les exemples qui illustrent les efforts de Kristian sont Skygger – un film sur les reflets et les ombres projetés par les bruits statiques, et Howl, janvier – une vidéo-peinture de l’homme moderne, sans but et captivé par le bruit apaisant de son environnement.

Aujourd’hui, ses intérêts se sont tournés vers l’installation et le style de peinture inhabituel et unique qu’il a développé. Il trouve que l’art opère au sein d’un codex de structures, un langage si l’on veut, au même niveau primordial que la linguistique définit ses propres paramètres et frontières et dont la fonction première est la communication de l’information.

Peinture à l’acide

En tant que peintre, Kristian Kragelund travaille d’une manière plutôt inhabituelle. Aucune de ses peintures n’est créée avec une peinture à l’huile ou à l’acrylique. Au lieu de cela, Kristian manipule avec différents processus chimiques, tels que l’oxydation et la détérioration, pour créer des pièces que l’on pourrait appeler l’expressionnisme mis en scène.

Comme une sorte d’alchimiste, Kragelund place divers matériaux réactifs, puis applique des activateurs sur la surface donnée, déclenchant ainsi une réaction qui altère les objets originaux. À mesure que les nouvelles formes sont créées, l’artiste explore comment la relation entre le médium, le contenu et le spectateur est établie et soutenue. Certains de ses travaux ont émergé quand il a traité la chaîne attachée à la civière avec l’acide et les produits chimiques, ou dans un processus d’application d’acide sur la toile avec l’émail infusé par de l’acier fait maison.

Un concept du temps

À travers ses installations, Kristian livre une réflexion personnelle sur le concept de temporalité et de fluidité du temps et explore la capacité du temps à altérer fortement les œuvres exposées. Un exemple des installations basées sur le temps de Kristian Kragelund est sa formation finale, Formation.

Placées dans un état fragile d’équilibre parfait, les plaques d’acier sont positionnées par paires, se penchant les unes vers les autres. À mesure que le temps passe, toute l’installation commence à changer et à se transformer, à mesure que le métal se dilate et se rétracte en fonction de la température. L’immobilité parfaite et le sens de l’équilibre apparaissent alors si fragiles, que son caractère provisoire et son impermanence créent une tension extrême face à l’œuvre du moment.