Des toiles d’art sublimes populaires

0
542

Pour résumer la première impression des peintures pendant votre exposition Marrakech David Bloch, elles sont vraiment faites pour mettre en valeur la créativité unique des artistes du moment.

Sur une surface de paillettes étincelantes, ils ont composé des signes, des symboles, des icônes et des pictogrammes de la culture populaire.

Tout ensemble, un patchwork très naïf et trivial de styles d’autocollants et de motifs de tissu banal, encadré de façon opulente.

Mais il est trop facile de discréditer ces peintures si rapidement. Elles sont loin d’être des ordures ou de mauvaises peintures; Plutôt, ils sont le contraire total.

L’habitude intellectuelle de «ne pas aimer la culture populaire» se met en conflit. Les peintures déclenchent un désir inconscient.

Nous devenons des Magpies désireux de choisir ces fétiches étincelants. Pour être honnête, nous aimons tous les sports et tous les autres jouets. N’est-ce pas?

L’art est un jeu très sophistiqué pour vous faire changer d’avis. En regardant ces toiles – que vous les aimiez ou non – elles nous confondent et nous fascinent de plus en plus.

Comme un mantra, regarder ces compositions d’images ennuyeuses, bien connues, ces fragments et effets de la vie ordinaire, ouvrent les portes de la perception.

De façon inattendue, il devient alors possible de méditer devant ces peintures. En effet, c’est un truc très bon marché.

Les surfaces étincelantes des toiles reflètent la lumière pour créer des effets de couleur changeants.

L’expérience esthétique permet de regarder ces peintures dans une attitude similaire à celle d’une œuvre d’expressionnisme abstraite.

Ils offrent une sorte de transcendance visuelle sans perdre le contact avec le monde ordinaire.

Mais il n’est pas nécessaire de croire aux pouvoirs spirituels: chez David Bloch, c’est la déconstruction des préjugés avec les moyens de l’art ou plus particulièrement de la peinture.

Il existe deux façons d’interpréter le travail. En tant que critique de la société capitaliste, tous les clichés deviennent sans pertinence devant les tableaux: l’art pour l’art se concentre sur tout ce qui est important.

L’hyperréalisme de tous les signes et symboles transforme la pièce en publicité sans signification.

Mais il n’y a rien de nouveau. Aucune promesse d’une vie meilleure parce que les seules choses pour construire un monde nouveau aussi courageux existeraient de fragments des signes presque existants, des symboles, des métaphores de la pensée.

D’un autre point de vue, il y a aussi un sens profond de l’humeur intégré dans les toiles à la galerie d’art David Bloch.

Imaginez la situation absurde: entrer dans une salle de galerie et trouver des gens «méditant» en face de tous ces motifs brillants comme des enfants devant un cornet de glace!