Comment passer une journée parfaite à Meknès ?

0
1244

Chaque jour, lorsque le crépuscule surgit à Meknès, le dernier rayon de soleil danse sur la porte impériale de la ville, Bab El Mansour. Pendant quelques minutes, la lourde porte brûle comme du sable saharien devant un public local, tenant des sacs plutôt que des caméras. Les touristes sont peu nombreux et espacés.

Manquant de la vaste médina médiévale de Fez voisine ou de la scène de fusion naissante de Marrakech, la lignée de cette ville impériale en tant que capitale du Maroc n’a pas permis de lui faire une place sur de nombreux itinéraires de voyage.

La relative obscurité de la ville fait de Meknès une bouffée d’air frais. La nourriture est moins chère, mais un peu identique, et la scène du Riad de milieu de gamme de la ville a explosé ces dernières années avec suffisamment de charme et de classe pour rivaliser avec Fès et Marrakech, mais à moitié prix.

Le meilleur de tous est les épitaphes du règne de Moulay Ismail au XVIIe siècle: trois ensembles de fortifications encore partiellement mêlées au paysage urbain et de nombreux vestiges uniques à explorer. Visitez et vous ne partirez pas déçu.

Excursion le Matin

Le mausolée de Moulay Ismail est le site de l’excursion Meknès le plus susceptible de recevoir un goulot d’étranglement de touristes. Alors, commencez la journée ici pour éviter de marcher sur la pointe des pieds près des grandes foules.

La tombe est un tour de force de l’artisanat marocain qui convient à un sultan issu de la famille du prophète Mahomet, qui a courtisé la fille du roi de France Louis XIV et qui a mené une campagne militaire sans merci pour ramener le Maroc sous sa poigne de fer.

Ismail (1672-1727) a déplacé la capitale de Marrakech à Meknès, marquant ainsi une période de floraison culturelle pour la ville qui s’est rapidement effondrée après sa mort. En 2018, le sanctuaire devrait sortir triomphant d’une rénovation de deux ans.

En face du sanctuaire de Moulay Ismaïl, dans les murs de la ville impériale d’origine, Koubbat As Sufara donne un aperçu de ce que l’on peut voir plus tard dans la journée à Heri Es Souani: un réseau souterrain de salles censées avoir été un magasin d’aliments.

Ou, en fonction de qui vous guide, un cachot pour les esclaves chrétiens d’Ismail. Avant le déjeuner, retournez à la place centrale de Meknès, El Hedim, pour découvrir le musée Dar Jamaï, un palais romantique du XIXe siècle, qui a été transformé en un musée de textiles traditionnels, d’artisanat en bois de cèdre et de bijoux. Son jardin andalou et sa cour sont suffisants pour garantir une heure ici.

les excursions en Après midi

Meknès n’est pas une ville gastronomique, c’est pourquoi, au lieu de prendre une pause déjeuner bien remplie, retrouvez un simple sandwich kefta grillé sur la place avant de vous rendre dans la calèche (calèche) de Heri Es Souani. Le grenier et les écuries du roi se trouvent à 2 km au sud-est le long d’une route prise en sandwich entre deux fortifications anciennes et épaisses.

La randonnée pour arriver ici en vaut la peine car les cavernes à grains caverneuses impressionneraient même les nains de la Moria. Environ 12000 chevaux ont été cantonnés, rangée après rangée, d’écuries en train de blanchir au soleil levant (exposés lors d’un tremblement de terre au 18ème siècle).

Des portes en bois de cèdre géant en décomposition se trouvent dans les coins sombres du magasin de céréales et une salle de noria (roue à eau) conservée montre où des chevaux auraient pu puiser des seaux d’eau dans les profondeurs de la terre.

Pour une pause touristique, passez la fin de l’après-midi dans la médina pour apprendre les pâtisseries marocaines (30dh) avec un thé à la menthe ou un café noir au Ryad Bahia.

Cette maison familiale reconvertie est l’option de couchage de milieu de gamme la plus caractéristique de la ville, mais les sympathiques propriétaires locaux – appartenant à la même famille légendaire qui a déjà possédé le Dar Jamaï – ouvrent également leurs portes tous les après-midi aux non-invités qui les rejoignent pour prendre le thé.

Le coucher du soleil

Le coucher du soleil appartient à Bab El Mansour. Moulay Ismail a conçu la porte impériale géante pour faire étalage de la puissance de sa nouvelle capitale face à Fès et à Marrakech. Mais cela n’a été achevé qu’après sa mort.

Quand Ismail a saccagé Marrakech, il a pillé le rocher romain de l’ancienne capitale pour le construire, et les deux colonnes blanches situées de part et d’autre du bab sont en marbre corinthien qui abritait autrefois un palais de Marrakech.

Le café-restaurant Place Lehdime, situé au nord de la place El Hedim, est l’endroit idéal pour regarder le coucher du soleil avec un thé à la menthe. Il propose des sièges au premier rang sur une cascade de terrasses sur le toit. Observez la lumière ambrée repérer l’inscription arabe qui se lit en haut du bab: «Je suis la plus belle porte du Maroc. Je suis comme la lune dans le ciel. La propriété et la richesse sont écrites sur mon front ».

Rester un autre jour?

Meknès peut constituer une bonne base alternative pour les explorations du Moyen Atlas si l’idée de rester dans les entrailles de la médina de Fès fait transpirer un peu vos paumes. Des trains quotidiens fréquents relient les deux villes et Meknès est également plus proche pour visiter les ruines romaines de Volubilis et la ville blanchie à la chaux de Moulay Idriss.

À Meknès même, la Medersa Bou Inania, d’un style similaire à celui de Fès, mais légèrement plus modeste et plus calme, mérite également le détour. Les Jardins de Lahboul situés à l’extérieur des remparts de la médina orientale, parsemés de colonnes jadis contemplées par les Romains à Volubilis, sont un agréable refuge, et le Palais Al Mansour, un palais du XVIIe siècle en ruine, mérite le détour pour voir un projet de restauration et son progrès.