Vallée des roses: découvrez la fête florale du Maroc

0
681

L’aube teint la rouille des montagnes de l’Atlas alors que les cueilleuses de roses d’Hdida se préparaient à aller travailler. Vêtus de tongs et de jellabas, ils suivent un chemin poussiéreux qui mène aux champs et se perdent trop longtemps dans le feuillage.

Des arbres fruitiers sillonnent le sentier, chargés de figues, de dates et d’oranges. L’orge et la luzerne poussent dans la terre orange, arrosée par des canaux situés le long du sentier. Les grenades pendent des branches en surplomb. Mais les femmes ne sont pas ici pour cueillir des fruits; ils sont là pour récolter quelque chose de plus parfumé.

Bonne senteur

« Pouvez-vous les sentir? », Demande Ait Khouya Aicha, alors qu’elle s’introduit dans une prairie bordée de noyers et se dirige vers un enchevêtrement d’arbustes. Elle abat une branche: celle-ci est couverte de fleurs du tronc à la pointe, rose vif contre les feuilles d’un vert profond.

«Ce sont les roses de la rivière Asif M’Goun», dit-elle en tenant une fleur dans sa main. «Ils sont célèbres dans le monde entier. Mais pour comprendre pourquoi, vous devez les sentir. »En enfilant des gants épais, elle coupe la fleur et respire l’odeur. Le parfum est capiteux et doux, avec des notes de miel et de mélasse.

«Le parfum est meilleur le matin, mais nous devonstravailler vite», dit-elle en laissant tomber la fleur dans une robe entouréede sa taille et connue sous le nom de tachtate. « Le soleil brûlera lespétales, puis le parfum sera ruiné. »

un travail de pro

En une demi-heure, Aicha et ses compagnes ont dépouillé lesarbustes de fleurs et quatre sacs ont été remplis à ras bord. Elles rentrent alorsau village, partageant un sac de dattes et de noix pour le petit-déjeuner.Vingt minutes plus tard, elles arrivent à un garage situé dans la ruelle quifait également office de coopérative de la rose du village, où le propriétaire,Ahmid Mansouri, examine les fleurs, les pèse sur des balances usées et lesajoute à un tas recouvrant le sol en béton.

« Ce sont de bonnes roses », dit-il en s’empiffrant de les rouler comme il se doit. «Mais la semaine dernière, nous en récoltions deux fois plus. La semaine prochaine, ils seront partis. Et cela signifie une chose. Il est temps que le Festival des Roses commence. ’

Personne ne sait vraiment comment les roses sont arrivées pour la première fois dans ce coin reculé du Maroc, situé dans les hauteurs de l’Atlas, à six heures de route au sud-est de Marrakech. Selon la légende, ils auraient été transportés ici par un marchand berbère de Damas il y a des siècles. Rosa damascena, la rose de Damas, provient de la Syrie ancienne et est célèbre depuis des siècles pour son parfum intense.

Quelle que soit leur point d’origine, la vallée du M’Goun -ou la Vallée des Roses, comme on l’appelle au Maroc – est devenue célèbre pourses fleurs. Chaque année, durant la principale saison de croissance, d’avril àla mi-mai, la vallée produit entre 3 000 et 4 000 tonnes de roses sauvages.Elles sont partout: elles jaillissent des haies, s’épanouissent le long desmurs de pierre, emmêlent les frontières entre les champs des agriculteurs.

Chaque jour avant l’aube, les femmes ramassent les roses à la main et lesvendent à des coopératives dispersées le long de la vallée. Certaines sontachetées par des distilleries locales pour la fabrication d’eau de rose, desavons et de pot-pourri, mais la plupart sont achetées par de grandes maisonsde parfumerie françaises, pour qui les roses M’Goun ont un cachet particulier.

 C’est une activité intensive – et coûteuse -: il fautenviron quatre tonnes de pétales frais, soit 1,6 million de fleurs, pourproduire un seul litre d’huile de rose. Chaque litre coûte environ 12 000 euros(10 000 £), ce qui est évident.

Mais face à la concurrence féroce d’autresrégions productrices de rosiers, notamment en Turquie et en Bulgarie, la valléedu M’Goun doit trouver le moyen de séduire les acheteurs étrangers – et c’estlà que le Festival des Roses entre en scène.